Interventions en protection de l’enfance - DESU


Cette formation théorico-clinique s’adresse aux professionnels de l’intervention en prévention et protection de l’enfance. Elle s’appuie sur les évolutions récentes de la loi et des dispositifs mis en place pour identifier l’ensemble des problématiques des bébés, des enfants et des adolescents exposés à des violences ainsi que des familles en souffrance et proposer des actions de prévention et de protection. Elle se concentre sur les spécificités des nouveaux publics accueillis ces dernières années en France et propose aux participants des outils d’analyse et d’intervention adaptés au contexte actuel et à leur terrain. Elle remet enfin en perspective les missions des différents acteurs (judiciaire, éducatif et clinique) afin de leur permettre de travailler en réseaux de façon plus efficace.

Objectifs

À l’issue de cette formation, les participants seront capables de :

  • Contextualiser un cadre d’intervention en analysant les évolutions institutionnelles de la protection de l’enfance pour comprendre les possibles répétitions dans le présent des principes et pratiques du passé face à certaines situations
  • Repérer les signes de carences et négligences relationnelles précoces et de maltraitance afin d’identifier des situations potentiellement à risque
  • Identifier les signes somatiques et psychiques liés à des traumatismes relationnels de façon à orienter l’enfant vers une prise en charge psycho-éducative adaptée
  • Intégrer l’approche transculturelle à toutes les étapes de la prévention, de la prise en charge à la protection des mineurs non accompagnés et des enfants de parents migrants
  • Intégrer à l’analyse des situations potentiellement à risque pour l’enfant les représentations culturelles des familles ainsi que l’impact de l’histoire collective faisant l’objet de transmissions silencieuses de traumatismes familiaux
  • Identifier les tensions à l’œuvre dans la politique de protection de l’enfance et la situation à risque observée en tenant compte des interactions entre les différents acteurs ainsi que des contraintes matérielles et juridiques des dispositifs pour construire son propre positionnement
  • Intégrer la déconstruction des représentations qu’ont les professionnels d’enfants de parents dits « radicalisés » et d’adolescents qui s’engagent dans un parcours de basculement dans des violences extrêmes, dites de radicalisation pour adapter le dispositif de soin
  • Identifier et analyser les éprouvés du professionnel face à la souffrance de l’enfant et de sa famille, afin de proposer une orientation ou un soin psycho-éducatif adapté à la situation
  • Assurer le suivi des enfants placés en évaluant les facteurs de risque pour mieux accompagner les familles d’accueil et les acteurs des différents dispositifs de placement
  • Proposer une intervention préventive psycho-éducative en tenant compte de la dynamique intrafamiliale et environnementale pour empêcher le développement d’une situation de maltraitance identifiée
  • Évaluer des dispositifs d’intervention dans une démarche pluridisciplinaire en vue de renforcer les échanges de bonnes pratiques et la coordination entre le réseau d’acteurs impliqués

Publics concernés

Psychiatres , psychologues, médecins, infirmiers, puéricultrices, éducateurs spécialisés, éducateurs jeunes enfants , assistants de services sociaux, cadre des services de protection de l’enfance...

Critères d’admission

L’admission à cette formation se réalise :
• soit sur titre : Licence ou sur justification d’au moins 2 ans d’expérience professionnelle dans les domaines de l’intervention de la protection de l’enfance, de la dysparentalité, de la relation d’aide aux familles.
• soit sur validation des acquis professionnels et personnels : la VAPP (décret de 1985) peut être accordée aux personnes ne remplissant pas les conditions précitées après exposé de leurs motivations et étude de la cohérence de leur projet professionnel, et sur justification d’au moins 3 ans d’expérience professionnelle dans le champ des sciences humaines.

Dans les deux cas, l’admission se fait après sélection du dossier de candidature, puis entretien éventuel.

  • Pour les psychiatres, psychologues, professionnels des secteurs médico-sociaux et éducatifs, la formation permet d’acquérir une méthode d’analyse du système de maltraitance, de mener les évaluations demandées par les services judiciaires et de mettre en place les ­pratiques d’accompagnement spécifiques.
  • Pour les avocats, magistrats, policiers, gendarmes, ce cursus permet d’intégrer les points de vue des différents professionnels. Il développe également les compétences nécessaires aux entretiens avec les personnes impliquées et facilite ainsi l’exercice des fonctions de substitut aux mineurs, juge des enfants, défenseur des enfants, avocat du droit des enfants ou inspecteur en brigade de protection des mineurs.
  • Plus largement, ce diplôme est un préalable utile aux concours d’entrée des écoles de cadre ou pour envisager des postes d’encadrement des services socio-juridiques ou ­spécialisés.

Comité de pilotage

  • Nathalie DURIEZ, psychologue clinicienne, MCF-HDR Psychologie clinique, Université Paris 8
  • Marion FELDMAN, PR, Psychopathologie psychanalytique – Université Paris Nanterre

 

Enseignants-chercheurs

  • Bonneville-Baruchel Emmanuelle : Psychologue-clinicienne, Maître de conférences en psychologie clinique – Université Lyon 2
  • Dayan Clémence : Psychologue-clinicienne, Maître de conférence en psychologie – Université Paris Nanterre
  • Deborde Anne-Sophie : Psychologue-clinicienne, Maître de conférences en psychologie – Université Paris 8
  • Duriez Nathalie : Psychologue-clinicienne, thérapeute familiale, Maître de conférences- HDR en psychologie clinique – Université Paris 8
  • Euillet Séverine : Psychologue-clinicienne, Maître de conférence en psychologie – Université Paris Nanterre
  • Feldman Marion : Psychologue-clinicienne, Pr de Psychopathologie psychanalytique – Université Paris Nanterre
  • Gardet Mathias : Historien, Pr en sciences de l’éducation - Université Paris 8 (à confirmer)
  • Mansouri Malika : Psychologue-clinicienne, Maître de conférences- HDR en psychologie clinique – Université Paris Descartes
  • Riazuelo Hélène : Psychologue-clinicienne, Pr de Psychopathologie psychanalytique – Université Paris Nanterre
  • Rivière Antoine : Historien, Maître de conférences en sciences de l’éducation - Université Paris 8 (à confirmer)
  • Séraphin Gilles : Sociologue, Pr de sociologie en Sciences de l’éducation – Université Paris Nanterre
  • Skandrani Sara : Psychologue-clinicienne, maître de conférence en psychologie – Université Paris Nanterre

Professionnels

  • Allard Christian : Éducateur spécialisé, ex-chef de service d’un placement familial thérapeutique
  • Attias Dominique : Avocate pour enfants, responsable du groupe de réflexion sur les mineurs au barreau de Paris
  • Botella Nathalie : Psychologue-clinicienne, Docteure en psychologie clinique
  • Bouznah Serge : Médecin, directeur de l’association Babel
  • Carlier Laurence : Pédopsychiatre, responsable de l’Unité de maternologie et périnatalité de l’Hôpital de Nevers
  • Créoff Michèle : vice-présidente du Conseil National de la protection de l’enfance
  • Daadouch Christophe : Docteur en droit, formateur dans les institutions sociales et médicosociales
  • Fall Sokhna : Psychologue-clinicienne, ethnopsychologue
  • Idris Isam : Ethnopsychologue
  • Moisseeff Marika : Psychiatre, anthropologue
  • Réjon Mélanie : Psychologue-clinicienne en protection de l’enfance
  • Schom Anne-Clémence : Psychologue-clinicienne, Docteure en psychologie clinique psychanalytique
  • Zlatanova Zornitza : Psychologue-clinicienne

Évaluation

Deux études de situation à rendre au jury :

  • A la fin des modules 1 et 2, réaliser un diagnostic de situation en prévention et protection de l’Enfance
  • A la fin des modules 3 et 4, présenter un dispositif d’intervention adapté et l’analyser sous l’angle du travail sur la violence

Diplôme délivré

Le diplôme délivré est un diplôme de formation supérieure d’université (DESU ) de niveau baccalauréat + 4, « Interventions en protection de l’enfance ». Pour la reprise d’études en diplômes nationaux (Licence ou Master) et l’accès aux concours, se renseigner auprès des instances concernées.

Formation en cours de refonte. Pas de session avant avril 2022.

  • Dates : Formation en cours de refonte. Pas de session avant juin 2022
  • Périodicité :
  • Durée :
  • Lieu :
  • Tarif :